Roger Dommergue – Trilogie

By (author)Roger Dommergue

85,00 


  • Vérité et Synthèse
  • Le silence de Heidegger et le secret de la tragédie juive
  • J’ai mal de la Terre

 


Les œuvres de Roger Dommergue Polacco de Menasce


 

Share with friends !

You may also like…

  • Le silence de Heidegger


    Le secret de la tragédie juive

    Un souci de vérité synthétique motive ce long exposé. Je vous le livre sans aucun espoir de réponse intelligente et exhaustive. En effet hormis Simone Weil, Bernard Lazare, Bergson et quelques autres congénères, je n’ai jamais rencontré de Juif intellectuellement honnête. Je ne vois que leurs mensonges et leur mauvaise foi exsuder de partout. J’aimerais ne pas être parmi les Juifs, une rarissime exception susceptible de probité et de synthèse. Poser la question du silence de Heidegger est déjà inconscient en soi et je vais m’en expliquer de la façon la plus claire possible.


     

    25,00 
  • Vérité et synthèse


    La fin des impostures

    Attaché à sa communauté le juif est inassimilable. Le génie du peuple juif est d’avoir présenté le problème juif sous son seul aspect religieux. Selon le juif, il y aurait des Français de confession juive, tout comme il y a des Français de religion catholique. De nombreux goyim (étrangers au peuple juif) sont tombés dans ce piège. Monseigneur Lustiger incarne l’exemple type du juif de religion catholique. Tout d’abord les sémites ne sont pas d’origine européenne, ils sont ethniquement proches de l’arabe, pas du gaulois.


     

    25,00 
  • PAMPHLETS


    Bagatelles pour un massacre – 1937

    L’école des cadavres – 1938

    Les beaux draps – 1941


    35,00 45,00 
  • J’ai mal de la terre


    À l’heure où le mal s’est emparé subtilement de la dialectique et de la logique, de tous les instruments de la pensée au profit de toutes les inversions, l’impossibilité d’exprimer la vérité naît de ce qu’elle ne se manifeste plus dans le cœur de l’homme que par des émotions, des élans, des sursauts fulgurants, mais impuissants : il ne reste qu’une seule valeur digne d’être exprimée : la souffrance de l’âme et du cœur.


     

    25,00