L’Angleterre et l’Empire Britannique

20,00 


Aux premières pages, nous sommes au printemps de 1914, à la veille de la Grande Guerre. Jacques Bainville scrutant l’horizon, y voit poindre la grande collision. Dès ces premières pages, en effet, on remarque les impatiences, l’irritation même de Bainville devant les hésitations, la longanimité des Partenaires « libéraux », trop « libéraux », de l’Entente cordiale. Pour lui, l’Angleterre et la France sont, de moins en moins, des États dignes de ce nom. Étaient-elles, après tout, autre chose que « deux vastes bureaucraties alourdies sans relâche par la manie légiférante de deux assemblées jumelles » ?


 


La description fut, peut-être, un peu sommaire. En tout cas, Bainville, faisant son tour d’horizon, lut extrêmement découragé. La Triple-Entente, d’après lui, se laissait régulièrement battre en détail dans toutes les grandes parties diplomatiques qui s’engageaient avec le système adverse. Peut-être, à cette époque, Bainville manquait de mesure dans sa condamnation du Péché originel qui paraissait paralyser pour lui l’action concertée des « Curiaces de la Triple-Entente ». Il compare la diplomatie anglaise et la diplomatie française à celle de l’illustre Tartarin, qui possédait une collection complète d’armes terriblement dangereuses, mais qui s’épouvantait à l’idée qu’il était le propriétaire d’un aussi formidable arsenal et qui blêmissait en pensant qu’on pût s’en servir. Mais, ces inquiétudes, ces angoisses, ces colères de Jacques Bainville ne furent-elles pas, après tout, rationnelles et utiles ? C’est qu’au moment d’écrire – moment pour lui presque aussi grave que celui de 1870 – l’Angleterre était réellement livrée à la corrosion du « libéralisme » et, quant à la France, elle était empoisonnée par la « démocratie ».


 

Share with friends !
Détails sur le produit

Broché: 232 pages
Éditeur : Omnia Veritas Ltd (29 mai 2014)
Langue : Français
ISBN-10: 1910220027
ISBN-13: 978-1910220023
Dimensions du produit: 12,7 x 1,3 x 20,3 cm

Author

You may also like…

  • Marie-Antoinette & le complot maçonnique


    Au XVIIIe siècle, la Foi catholique et la France furent ensemble comme incarnées dans un être représentatif au plus haut degré : fille des Césars catholiques d’Autriche et femme du Roi Très-Chrétien, Marie-Antoinette eut ce douloureux honneur. Elle l’a porté au comble par son martyre sur l’échafaud. Et vingt ans auparavant, elle était l’idole de la France !


     

    25,00 
  • Histoire de France


    Est-il vrai qu’il faille enseigner l’histoire aux enfants sans qu’ils la comprennent et de façon à meubler leur mémoire de quelques dates et de quelques événements? C’est extrêmement douteux.


     

    25,00 
  • La mission divine de la France


    « Chaque Nation, comme chaque individu, a reçu une mission qu’elle doit accomplir » a dit Joseph de Maistre. Celle de la France est d’exécuter les gestes de Dieu, « Gesta Dei per Francos ».


     

    25,00 
  • La face cachée de l’histoire moderne I


    Le présent ouvrage, couvrant la période de 1492 à nos jours, mais remontant à l’origine des forces en présence, offre aux lecteurs en trois volumes la saga des origines du capitalisme et du marxisme, le premier ; les préparatifs et le déroulement des Ière et IIe des trois guerres mondiales suivies de révolutions prévues dès 1871, le second, et le dernier les intrigues des Directoires semi-secrets, actifs à préparer la IIIe et à déclencher le cataclysme social qui doit en être la conséquence. L’auteur a conçu ce livre lorsque – assistant aux préparatifs idéologiques et financiers de la Seconde Guerre Mondiale pendant tout l’été de 1939 aux États-Unis – il eut la bonne fortune, à la lecture d’ouvrages de synthèse, tels que les Selected Essays de James Darmestetter, de pénétrer les intrigues, causes de tant de guerres et de révolutions.


     

    45,00 
  • La Révolution Française


    Une étude de la démocratie

    Les historiens ont de moins en moins de raisons de se réjouir de la révolution, car sa Terreur sanglante, sa violence populaire, son renversement de la religion et de la tradition ont préparé le terrain pour les horreurs de la guerre moderne à grande échelle, le marxisme, le léninisme et le stalinisme.


     

    35,00 45,00 
  • La République Universelle du genre humain


    Expliquer l’essence de la Révolution de 1789 avec ses conséquences spirituelles et politiques exige de cerner la tournure d’esprit des acteurs de cette époque en fonction de leurs référents philosophiques. Dans Archives du mondialisme, nous avons traité dans le chapitre III des tentatives des Juifs à acquérir la nationalité française. Après quatorze échecs, la quinzième fut la bonne avec la naturalisation de cette communauté à la nation française le 27 septembre 1791. La chose se fit avec l’appui de nombreux révolutionnaires (Mirabeau, l’abbé Sieyès, l’évêque Talleyrand, Clermont-Tonnerre, l’avocat Godard, l’abbé Grégoire, …) en liaison avec un petit groupe très actif de Juifs comme Cerf Beer. Cet événement, impossible dans le cadre d’une France née du baptême de Clovis sous l’égide de l’évêque Saint-Rémi, n’a pu se concrétiser qu’en raison d’une mutation des mentalités parmi les élites aristocratiques, bourgeoises et même royales car Louis XVI a posé les jalons rendant la chose faisable.


     

    28,00 
  • Napoléon


    L’homme extraordinaire savait, non seulement ce que son destin avait eu de prodigieux, mais le concours d’événements qu’il avait fallu pour l’élever à l’Empire et le rendre neveu du roi dont, lieutenant obscur, il avait vu la chute à la journée du 10 août. “Quel roman, pourtant, que ma vie!” s’écriait-il au moment de l’épilogue. Une autre fois, à Sainte-Hélène, il disait qu’il s’écoulerait mille ans avant que les circonstances qui s’étaient accumulées sur sa tête vinssent en chercher un autre dans la foule pour le porter aussi haut.


     

    25,00 
  • La Révolution préparée par la Franc-maçonnerie


    Que la Révolution ait été préparée par la Franc-Maçonnerie, c’est de quoi cette secte convient généralement aujourd’hui. Elle s’en fait même un titre de gloire, mais en ayant grand soin de séparer la Révolution de la Terreur. Pour elle, la Terreur fut une réaction excessive, mais très excusable, du peuple qui, longtemps accablé par ses tyrans et tout à coup ébloui par la lumière libératrice des principes de 89, vit rouge et se vengea en quelques années d’une oppression de plusieurs siècles.


     

    20,00