Écrits révisionnistes IV – 1993 -1998

By (author)Robert Faurisson

35,00 45,00 


La question de l’existence ou de la non-existence des chambres à gaz nazies est d’une considérable importance historique. Si elles ont existé, ces chambres à gaz nous apportent la preuve que les Allemands ont entrepris l’extermination physique des juifs ; en revanche, si elles n’ont pas existé, nous n’avons plus aucune preuve de cette entreprise d’extermination. Pierre Vidal-Naquet ne s’y est pas trompé. Aux personnes tentées de renoncer à l’argument des chambres à gaz il a répliqué qu’abandonner les chambres à gaz, « c’est là capituler en rase campagne ». On ne peut que lui donner raison. Les chambres à gaz ne sont pas un point de détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale. D’où les sanctions judiciaires qui, en France par exemple, s’abattent sur ceux qui en contestent l’existence.


 

Clear
Couverture: Choose an option


Aussi le monumental Holocaust Memorial Museum (HMM) qui vient d’être inauguré à Washington le 22 avril 1993, à cinq cents mètres du monument de George Washington, ne pouvait-il pas se permettre d’abandonner l’argument de la chambre à gaz nazie. Restait à savoir quelle représentation physique un tel musée donnerait de cette arme terrifiante.

Aujourd’hui nous le savons et le résultat est consternant : faute de mieux, ce fastueux musée, qui a coûté des millions de dollars au contribuable américain et à la communauté juive américaine, sans compter l’argent versé par le contribuable allemand, en a été réduit à nous montrer comme unique modèle de chambre à gaz homicide une chambre à gaz… de désinfection, située à Majdanek (Pologne). Ainsi que je le montrerai plus loin, même un auteur comme Jean-Claude Pressac, auteur d’un ouvrage publié en 1989 sous le patronage de la Beate Klarsfeld Foundation de New York, avait dû reconnaître l’évidence : cette chambre à gaz de Majdanek n’a été qu’une chambre à gaz de désinfection.

Déjà, en 1945, les Américains avaient présenté comme chambres à gaz homicides quatre chambres à gaz de désinfection situées à Dachau (Allemagne).

Si les organisateurs de l’HMM de Washington ont pris le risque de commettre une aussi grave supercherie, c’est, à mon avis, qu’ils y étaient contraints faute de pouvoir proposer aux visiteurs la représentation physique, sous une forme quelconque, de l’une de ces chambres à gaz que les Allemands auraient, nous répète-t-on à satiété, utilisées pour tuer des foules de victimes.


 

Share with friends !
Détails sur le produit

Broché: 520 pages
Éditeur : Omnia Veritas Ltd (20 novembre 2018)
Langue : Français
ISBN-10: 1912452219
ISBN-13: 978-1912452217
Dimensions du produit: 15,2 x 2,7 x 22,9 cm

Author

Couverture

Brochée, Reliée

You may also like…

  • Écrits révisionnistes II – 1984-1989


    Depuis quelques mois il se manifeste dans les journaux, à la radio et à la télévision une véritable fièvre d’antinazisme. On croirait que les nazis sont de retour. Je suppose que le grand public assiste à ce phénomène avec une perplexité croissante. Peut-être pense-t-il que cette fièvre est due à l’approche du quarantième anniversaire du 8 mai 1945, date de la capitulation sans condition du IIIe Reich.


     

    35,00 45,00 
  • Écrits révisionnistes III – 1990-1992


    Ce qu’il est convenu d’appeler « l’affaire Faurisson » a commencé le 16 novembre 1978 avec la parution d’un article dans Le Matin de Paris. Je savais depuis plusieurs années que, le jour où la presse rendrait publiques mes opinions révisionnistes, j’affronterais une tempête. Par sa nature même, le révisionnisme ne peut que troubler l’ordre public ; là où règnent les certitudes tranquilles, l’esprit de libre examen est un intrus et il fait scandale. La première tâche des tribunaux est moins de défendre la justice que de préserver l’ordre public. La vérité, au sens où j’entends ce mot (c’est-à-dire : ce qui est vérifiable), n’intéresse les magistrats que si elle ne provoque pas un trouble profond de l’ordre public.


     

    35,00 45,00 
  • Écrits révisionnistes I – 1974-1983


    Le révisionnisme est une affaire de méthode et non une idéologie.

    Il préconise, pour toute recherche, le retour au point de départ, l’examen suivi du réexamen, la relecture et la réécriture, l’évaluation suivie de la réévaluation, la réorientation, la révision, la refonte ; il est, en esprit, le contraire de l’idéologie. Il ne nie pas mais il vise à affirmer avec plus d’exactitude. Les révisionnistes ne sont pas des « négateurs » ou des « négationnistes » ; ils s’efforcent de chercher et de trouver là où, paraît-il, il n’y avait plus rien à chercher ni à trouver.


     

    35,00 45,00 
  • Le mensonge d’Ulysse


    & Ulysse trahi par les siens

    Les deux parties de cet ouvrage ont déjà été publiées, mais séparément, — la première, ou l’expérience vécue (Passage de la Ligne), en 1949, — la seconde, ou l’expérience des autres (Le Mensonge d’Ulysse, proprement dit), en 1950, dans la forme d’une étude critique de la littérature concentrationnaire : j’avais pensé que, sur un sujet aussi délicat, il convenait d’administrer la vérité à petites doses.


     

    35,00 45,00