La culture de la critique

By (author)Kevin Macdonald

35,00 


Les Juifs et la critique radicale de la culture des Gentils

Les mouvements dont cet ouvrage fait l’objet (anthropologie Boasienne, radicalisme politique, psychanalyse, École de Francfort et Intellectuels de New York) n’ont été embrassés que par peu de gens dont la communauté juive ne connaissait pas ou ne comprenait pas les points de vue. La thèse défendue ici consiste à affirmer que ces mouvements intellectuels ont été dominés par les Juifs, que la pensée de la plupart de ceux qui ont pris part à ces mouvements fut caractérisée par un fort sentiment identitaire juif et que ces mêmes personnes ont, de par leur engagement, agi dans l’intérêt de la communauté juive.


 

 


Il n’y a donc rien, dans ce qui est évoqué plus haut, qui indique que le judaïsme est un mouvement unifié ou que toutes les couches sociales de la communauté juive ont été impliquées dans ces mouvements. Les Juifs peuvent représenter un élément majeur, voire nécessaire au sein des mouvements politiques radicaux ou des mouvements issus des sciences sociales, et leur judéité peut être fortement compatible avec ceux-ci ou même faciliter leur développement sans que la majorité des Juifs n’y prennent part.

Conséquemment, la question des effets de l’influence juive sur la culture des Gentils est indépendante de la question de la proportion de la communauté juive ayant été impliquée dans les mouvements visant la destruction de la culture des Gentils.

Il est important d’établir cette distinction, car, d’une part, les antisémites ont souvent, de manière implicite ou explicite, considéré que l’implication juive dans les mouvements politiques radicaux s’inscrivait dans le cadre beaucoup plus large d’un complot juif dans lequel étaient aussi impliqués de riches capitalistes juifs ainsi que les Juifs à la tête des différents médias, du monde académique et de tant d’autres domaines de la vie publique.

De la même façon, le fait que la plupart des Juifs d’avant 1930 n’étaient pas sionistes, du moins pas ouvertement, n’implique sans doute pas que l’identité juive était sans rapport avec le sionisme, ou que les Juifs n’exerçaient pas une influence considérable sur le sionisme, ou que le sionisme n’avait pas d’effet sur les sociétés des Gentils, ou que certains Gentils ne soient pas devenus d’ardents défenseurs de la cause sioniste.


 

Share with friends !
Détails sur le produit

Broché : 460 pages
Éditeur : Omnia Veritas Ltd (6 mai 2020)
Langue : Français
ISBN-10 : 1913057771
ISBN-13 : 978-1913057770
Dimensions du produit : 15,2 x 2,4 x 22,9 cm

Author

You may also like…

  • La Controverse de Sion


    Pour rédiger cet ouvrage commencé en 1951, Douglas Reed passa plus de trois ans – pour la plupart loin de sa femme et de ses jeunes enfants – à travailler à la Bibliothèque centrale de New York, ou à taper sur sa machine à écrire dans des logements spartiates à New York ou à Montréal. Avec un zèle de professionnel, le livre fut réécrit et l’épilogue seulement ajouté en 1956. Son but était de relater l’Histoire des deux derniers millénaires et plus encore de rendre intelligible une grande partie de l’Histoire moderne, qui de nos jours reste pour les masses plongée dans les ténèbres et étroitement gardée par la terreur d’un système de censure invisible.


     

    40,00 50,00 
  • Histoire des Juifs en 5 volumes


    J’entreprends de raconter le passé d’un peuple qui date des temps les plus reculés et qui s’obstine à vivre encore ; qui, entré pour la première fois, il y a plus de trois mille ans, sur la scène de l’histoire, n’a encore nulle envie d’en sortir. Aussi ce peuple est-il tout à la fois vieux et jeune : l’âge a marqué ses traits d’une empreinte ineffaçable, et cependant ces mêmes traits ont une fraîcheur si juvénile qu’on dirait qu’il vient de naître. S’il y avait quelque part une pareille race qui se fût conservée, dans une longue suite de générations, jusqu’à l’heure présente: qui, sans s’inquiéter des autres races et sans être inquiétée par elles, sans services rendus, sans influence aucune sur le monde, se fût dégagée de la barbarie originelle, — si une telle race existait dans quelque coin du globe, elle serait assurément recherchée, étudiée, comme un rare et curieux phénomène. Et quoi de plus remarquable, en effet, qu’une relique des plus vieux âges, qui aurait assisté à la naissance et à la chute des plus anciens empires, et qui leur survivrait encore aujourd’hui.


     

    130,00 
  • Histoire juive / Religion juive


    Le poids de trois millénaires

    La première difficulté inhérente à notre propos tient à ce que, depuis ces cent cinquante dernières années, le terme “juif” a pris dans l’usage courant deux sens très différents. Pour mieux comprendre cette nouveauté, reportons-nous par l’imagination en l’an 1780. À l’époque, la signification de ce terme pour tout le monde coïncidait avec ce que les juifs eux-mêmes considéraient comme le fondement constitutif de leur propre identité.


     

    25,00 
  • Le diable pour père


    Introduction à la question juive

    L’histoire humaine est composée substantiellement par deux courants de pensée auxquels tous les autres se ramènent comme des mutations accidentelles. La première est LA TRADITION CATHOLIQUE, révélée par Dieu à Adam, aux Patriarches et à Moïse, conservée et transmise par l’ancienne Synagogue mosaïque, (vraie Église de Dieu dans l’Ancien Testament) et appelée même CABALE VRAIE car non pervertie par les Rabbins et les Pharisiens. La seconde est LA CABALE FAUSSE et IMPURE ou GNOSE, qui prend son origine de la VRAIE et PURE CABALE (ou Tradition catholique), et qui a été pervertie ensuite par la méchanceté de l’homme tenté par LUCIFER ; le “Non serviam” et l’’”Eritis sicut dii” constituent en effet le cœur de la GNOSE ou FAUSSE CABALE.


     

    30,00